Initialement prévue pour le 12 juillet dernier, l’élection des membres du bureau (président et vice-présidents), de la CENI (Commission électorale nationale indépendante) avait été reportée dans l’après-midi du jeudi 15 juillet 2021. Mais comme plus d’un observateur s’y attendait, le vote n’a effectivement pas eu lieu au motif que six commissaires ont brillé par leur absence contre neuf présents. Résultat : l’élection a été repoussée au lundi 19 juillet à 15h.

Neufs commissaires se sont présentés contre six absents

Après avoir annoncé cette nouvelle à la presse qui faisait le pied de grue depuis un peu plus d’une heure, le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Clément Sawadogo, a estimé que les intéressés ne manqueront pas de leur rappeler les raisons pour lesquelles ils n’ont pas fait le déplacement. « En ce qui nous concerne, notamment le ministère en charge des libertés publiques, et agissant aussi pour le compte du gouvernement du Burkina Faso, nous avons considéré qu’il était important, une fois de plus, de donner des chances au dialogue, à la concertation et  aux solutions négociées afin de préserver la paix, la quiétude et la sérénité des institutions, en l’occurrence la CENI, dans notre pays ».

LIRE AUSSI Récusation de 2 commissaires de la CENI : « Aucun texte ne nous permet de la recevoir », ministre Clément Sawadogo

A l’en croire, de cette manière, le gouvernement montre sa forte prédisposition à encourager le dialogue entre toutes les composantes qui ont désigné des représentants dans cette institution. « C’est pourquoi, nous n’avons pas voulu que l’élection se tienne même si l’unanimité s’est présentée », a-t-il expliqué.

Le ministre de l’Administration territoriale, Clément Sawadogo, face à la presse

LIRE AUSSI CENI : l’opposition récuse le commissaire Bonaventure Dimsongdo OUEDRAOGO

Profitant des micros qui lui étaient tendus, le ministre a invité l’ensemble des composantes à faire preuve de flexibilité dans leur position afin qu’ils puissent évoluer avec le maximum de chance de succès pour cette institution et afin d’éviter les crises institutionnelles dont ce pays qui, selon lui, n’en a pas besoin, surtout dans le contexte qui est le sien. « Nous réitérons cet appel à la classe politique en particulier mais aussi à toutes les autres composantes de la société pour que le dialogue se renoue au plus vite et pour que des concertations puissent être menées où il faut afin qu’une issue heureuse soit trouvée à cette crise qui, je l’espère, est une crise passagère », a-t-il conclu, refusant catégoriquement de répondre aux questions d’éclaircissement posées par les journalistes.

LIRE AUSSI CENI : l’élection du nouveau président reportée

En rappel, le mercredi 14 juillet 2021, l’opposition politique a indiqué, au cours d’une conférence de presse, que ses commissaires ne siègeraient que si le représentant des coutumiers, le chef de Sao, Naaba Kaongho (Bonaventure Dimsongdo Ouédraogo), est remplacé à la CENI. Avant cela, soit le 12 juillet, le Réseau des mouvements du Burkina Faso (RM/BF), une organisation de la société civile, récusait le commissaire Tasséré Sawadogo, représentant de l’ADF-RDA, dans une correspondance adressée au ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation.

Zalissa Soré

3 1 voter
Évaluation de l'article

      Partager    
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

[…] Lire aussi:Elections à la CENI : six commissaires ne se sont pas présentés […]

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
× Comment puis-je vous aider ?

Félicitation, votre inscription a été validé!

Erreur lors de l'envoi de la requête. Veuillez réessayer!

LobsPaalga will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.