Pour beaucoup, la crypto monnaie est incontestablement la monnaie du futur. Au sein de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), on y croit également. C’est pourquoi du 6 au 10 juillet 2021, une commission mixte du Parlement communautaire tient une réunion délocalisée sur le sujet à Ouagadougou. Cinq jours durant, les parlementaires plancheront sur les enjeux liés à l’utilisation de cette monnaie. En effet, elle est vue par les uns comme facilitatrice du commerce mais par d’autres comme l’outil financier de tous les dangers.

Le présidium de la cérémonie d’ouverture

Il y a seulement une dizaine d’années, la crypto monnaie était des domaines les plus incertains. Quand les uns n’y voyaient que de l’arnaque, les autres avançaient le doute sur la fiabilité de ce système monétaire. Plus maintenant.

Le vice-président du parlement de la CEDEAO, Boucary Sami Zilly

En effet, cette monnaie qui n’est autre qu’une devise numérique décentralisée utilisant des algorithmes cryptographiques  et un protocole dénommé blockchain pour assurer la traçabilité des transactions, est aujourd’hui utilisée par nombres de personnes à travers le monde. Les pays en développement ne sont pas en reste.

Qu’à cela ne tienne, des doutes subsistent quant à l’usage, échappant notamment au contrôle des gouvernements. Et pas que, ces monnaies virtuelles sont susceptibles de laisser la porte ouverte aux blanchiments de capitaux, s’inquiètent plus d’un.

Il va sans dire donc que les enjeux liés à l’utilisation de ce système de paiement sont légion, d’où la nécessité de réfléchir à une règlementation du secteur. Et c’est tout le sens de la présente réunion délocalisée de la commission mixte Administration, Finances et Budget; Politique macroéconomique et recherche économique; compte publics, Douanes et Libre circulation du Parlement de la CEDEAO qui se tient du 6 au 10 juillet 2021 à Ouagadougou.

C’est une rencontre dont l’éclat a été rehaussé par la présence de hautes autorités burkinabè, preuve que le sujet est d’intérêt. C’est du reste la vice-présidente de l’Assemblée nationale du Burkina, Mme Chantal Boni/Nignan qui a présidé la cérémonie officielle d’ouverture de cette réunion délocalisée.

Selon la ministre déléguée chargée du Budget, Pauline Zouré, “il ne reste plus qu’à trouver les moyens pour tirer le meilleur profit de la crypto monnaie”

Durant cinq jours, cette réunion de commission mixte qui regroupe une cinquante de parlementaires, grâce à la présence d’experts, va s’employer à mieux comprendre la diversité des monnaies virtuelles, leurs utilisations et les menaces y relatives. Elle permettra aussi d’envisager l’utilisation de la crypto monnaie dans le cadre des objectifs communautaires de la CEDEAO, a fait savoir le 2e vice-président de son Parlement, Boucary Sami Zilly, à l’ouverture de la rencontre. « Nous devons chercher  à comprendre le niveau de pénétration que ce système de paiement a déjà dans nos économies ainsi que l’échelle et la portée de la réglementation nécessaire en conséquence. Je crois que ce sont des détails critiques et essentiels de compréhension que nous devons posséder afin de prendre des décisions significatives pour l’avenir économique et financier de la région de la CEDEAO », a-t-il ajouté.

Bernard Kaboré

Lobspaalga.com

3 1 voter
Évaluation de l'article

      Partager    
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
× Comment puis-je vous aider ?

Félicitation, votre inscription a été validé!

Erreur lors de l'envoi de la requête. Veuillez réessayer!

LobsPaalga will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.