Le ministre en charge de la Santé, Charlemagne Ouédraogo a animé un point de presse ce vendredi 14 janvier 2022 sur la situation de la covid 19 au Burkina. Un peu plus de 20 000 cas confirmés à la date du 12 janvier, 339 décès, la maladie est encore une réalité avec une moyenne de contamination quotidienne de 135 nouveaux cas ces derniers jours, selon le ministre. Par ailleurs, un peu plus de 1,2 millions de personnes ont été vacciné à la date du 12 janvier, selon Charlemagne Ouédraogo. In extenso, nous vous proposons sa déclaration liminaire.

Le ministre de la Santé, Charlemagne Ouédraogo lors du point de presse

Mesdames et Messieurs les journalistes ;

Chers communicateurs et communicatrices,

Une fois de plus, merci pour votre accompagnement permanent dans ce combat commun contre la COVID 19 qui nous engage tous. 

Comme vous le savez déjà, malgré les efforts de tous les acteurs de  la riposte, la situation actuelle de la COVID 19 continue de nous interpeller.

A la date du 12 Janvier 2022, (deuxième semaine de l’année  l  le pays a enregistré 20 047 cas cumulés et confirmés de COVID-19 avec 339 décès. Le nombre de patients guéris à la même période se chiffre à 18 355.

Au cours de la période du 1er au 12 janvier 2022, le pays a comptabilisé 1626 nouveaux cas confirmés soit un nombre moyen de 135 nouveaux cas par jour. Et nous déplorons 06 décès. L’évolution des cas au cours des 04 derniers mois reste marquée par une augmentation du nombre de cas.

Cela montre une recrudescence importante des cas dans notre pays correspondant à une 3ème vague débutée le 13 septembre 2021.

En ce qui concerne les variants, Comme nous l’avons signalé précédemment, le  mécanisme mis en place depuis plusieurs semaines permet de collecter régulièrement des échantillons et d’effectuer des séquençages avec l’appui des centres collaborateurs de l’OMS et des laboratoires nationaux de références. Ce processus a permis de mettre en évidence plusieurs variants en circulation dans notre pays que ce sont : les variants Alpha, Eta, Delta et Omicron.

Sur deux (02) séries de séquençages réalisées courant décembre 2021, la proportion de Omicron a été de 7,69% puis de 30%.

Pour ce qui concerne la prise en charge, l’ensemble des cas diagnostiqués fait  l’objet d’un suivi et d’une prise en charge adaptée à l’évolution de la maladie. L’analyse a présenté des cas graves. En effet, du 1er septembre 2021 au 12 janvier 2022, 462 cas graves ont été pris en charge dans nos hôpitaux. Parmi les cas graves,  460 n’ont pas été vaccinés contre deux (02) qui ont reçu leurs vaccins. 

Une cellule de régulation a été mise en place pour permettre d’orienter en temps réel les cas graves et ceux nécessitant des soins soutenus vers les hôpitaux. 

La plus part des cas graves sont liés  à l’association à d’autres maladies chroniques (diabète, hypertension artérielle, etc.).

De ces cas graves nous déplorons 168 décès dont la plus part présente des  comorbidités. Les personnes âgées de plus de 45 ans payent le plus lourd tribut. Cette situation est plus prononcée chez les plus de 60 ans. Parmi les cas de décès, deux (02) avaient reçus leurs vaccins et présentaient des  comorbidités. De tout ce qui précède, il apparait clairement qu’on observe moins de personnes vaccinées faisant des formes graves ou décédant de la maladie.

S’agissant de la vaccination, je rappelle que  notre pays a reçu dans le cadre de l’initiative COVAX, ses 1ères doses (115 200 doses) d’Astra Zeneca le 31 mai et la vaccination a effectivement débuté le 02 juin.

A la date du 05 janvier 2022 le pays offre un choix varié de vaccins composé de 05 types. En plus de l’Astra Zeneca, nous avons :

  • le Johnson and Johnson reçu le 27 juillet (621 860 doses) et débuté le 29 juillet ;
  • le Sinopharm reçu le 28 septembre (1 074 400 doses) et débuté le 15 octobre 2021 ;
  • le Pfizer reçu le 15 novembre (1 107 980 doses) et débuté le 14 décembre 2021;
  • le Sinovac reçu le 06 décembre (400 000 doses) et en cours de déploiement sur le terrain.

A la date du 12  janvier 2022, 1 207 099 personnes ont été vaccinées avec les 04 types de vaccins (Astra Zeneca, Johnson and Johnson, Sinopharm et Pfizer) soit 5,61% de la de la population cible en générale et  11,70 % de la cible de  18 ans et plus. En vue d’augmenter la couverture vaccinale et contribuer à réduire le nombre de forme grave et de décès, une campagne de vaccination a été initiée du 14 au 23 décembre et a concerné essentiellement quatre (04) régions (Centre, Centre-Ouest, Hauts-Bassins et Sud-Ouest). Ce qui a permis de vacciner 667 332 personnes durant la période.

Plusieurs stratégies ont été combinées dont la fixe qui a consisté à offrir la vaccination dans les formations sanitaires identifiées à cet effet. 

La stratégie avancée et la stratégie hors des formations sanitaires qui ont permis aux agents vaccinateurs de rapprocher les prestations à la population dans les sites tels que les marchés, établissements scolaires et universitaires, les institutions publiques, les garnisons, les lieux de culte, les lieux d’attroupement, etc…

Une enquête de séroprévalence réalisée du 5 au 31 octobre 2021, montre l’intérêt de la vaccination même après avoir contracté la maladie  qui booste davantage l’immunité de tout sujet. D’où l’intérêt d’encourager la vaccination systématiquement à toute la population.

Par rapport au dispositif mis en place en accompagnement de la réouverture des frontières terrestres et ferroviaires, le Ministère de la Santé de l’Hygiène Publique et du Bien-être, assure le contrôle sanitaire au niveau de neuf (09) points d’entrée (PoE) terrestres, un (01) PoE ferroviaire et deux (02) aéroports (ouverts aux passagers depuis  le 1er août 2020).

Dans le cadre de cette réouverture des frontières terrestres et ferroviaires, des actions ont été  réalisées :

  • l’opérationnalisation des points d’entrée terrestres dans le cadre de la lutte contre la COVID-19 avec  le renforcement en infrastructures, équipements, intrants et en ressources Humaines (quantité et qualité) ;
  • le renforcement en logistique roulante pour la mise en œuvre des activités en lien avec le contrôle sanitaire ;
  • la tenue des cadres de concertation (les rencontres intégrées du Comité sectoriel santé, des comités régionaux de gestion des épidémies).

En rappel :

Selon les termes du décret n° 2021-1248 en date du 30 novembre 2021 portant réouverture des frontières terrestres et ferroviaires, l’accès ou la sortie du territoire burkinabè est subordonné au respect de l’une des conditions suivantes pour toute personne âgée d’au moins 11 ans :

– la présentation d’une carte de vaccination contre la COVID-19 datant d’au moins 14 jours et attestant de l’achèvement du schéma vaccinal complet d’un vaccin;

– la présentation d’un document attestant d’un test PCR ou d’un test TDR antigénique négatif datant d’au plus 5 jours à compter de la date de prélèvement.

NB : Dans les gares routieres et ferroviaires au départ et lors des  escales, tout embarquement de passagers est conditionné par la présentation d’un resultat négatif d’un test TDR antigénique ou PCR valide ou d’une carte de vaccination valide.

Afin de rendre accessible les tests et la vaccination au profit des populations et particulièrement des voyageurs, des sites de réalisation des différents tests ont été identifiés dans toutes les régions ou localités abritant des PoE.

La liste des formations sanitaires est diffusée et disponible auprès de nos structures de santé ou en appelant au 3535.  

En outre la réalisation de la PCR COVID-19 pour les voyageurs se poursuit dans les sites désignés.

Le contrôle sanitaire des passagers est assuré par l’équipe de santé avec l’appui des Forces de Défense et de Sécurité (FDS).

Au regard de ce qui précède et pour améliorer le processus de réponse en lien avec cette nouvelle vague, plusieurs actions sont en cours :

  • Le plaidoyer auprès des détenteurs d’enjeux (responsables coutumiers, religieux, leaders communautaires, etc.)  pour le respect des mesures barrières et l’adhésion à la vaccination ;
  • Le renforcement de la communication sur les biens faits de la vaccination ;
  • L’augmentation de l’offre de vaccination par des campagnes  et externalisation (hors des formations sanitaires) des sites de vaccination;

Le renforcement des capacités de prise en charge des cas graves des hôpitaux.

Mesdames et Messieurs les journalistes ;Communicateurs et communicatrices, C’était là, les éléments d’informations essentiels et utiles que nous tenions à partager tout  en vous remerciant une fois de plus pour votre ferme engagement dans la lutte contre la COVID 19 au Burkina Faso. Nous nous tenons à votre disposition pour des questions d’éclaircissement.  

Je vous remercie.

0 0 votes
Évaluation de l'article

      Partager    
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
×

Powered by WhatsApp Chat

× Comment puis-je vous aider ?

Félicitation, votre inscription a été validé!

Erreur lors de l'envoi de la requête. Veuillez réessayer!

LobsPaalga will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.