Depuis quelques jours, les élèves au Burkina protestent contre les reformes des examens scolaires entreprises au ministère de l’Education nationale. Dans un communiqué, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), parti au pouvoir, qualifie ces manifs de bras de fer absurde.

La semaine dernière, une manifestation des associations scolaires exigeant l’abandon des reformes des examens scolaires, a tourné en échauffourées, à divers endroits du pays. Ce mouvement d’humeur a été la cause du décès accidentel de l’élève Cécile KINDA, ci-devant pensionnaire du Collège Sainte Bernadette de Kongoussi.

Le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) déplore cette situation tragique et exprime sa compassion à la famille de la disparue.

C’est regrettable, et le MPP estime qu’on aurait pu éviter le drame si certains acteurs n’avaient pas cherché à dévoyer les revendications des associations scolaires en scènes de violences contre les symboles de l’Etat. En tout état de cause, pour le MPP, le MENA/PLN a la légitimité d’entreprendre des réformes en vue d’améliorer la qualité des enseignements et ne saurait obéir au diktat des apprenants. Chaque composante doit jouer son rôle qui est le sien.

Pour le MPP, la grève initiée par les associations est un bras de fer absurde qui ne fait pas avancer la cause de l’éducation au moment où le MENA/PLN s’attelle à préparer les assises de l’éducation afin de donner un nouveau punch à notre système éducatif en léthargie.

Le MPP apporte son soutien total au ministre Stanislas OUARO dont la détermination à prendre à bras-le-corps les difficultés qui plombent le système éducatif burkinabè ne peut pas être prise en défaut. Le MPP félicite le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE et le gouvernement pour leurs efforts constants dans l’amélioration des conditions matérielles et sociales du monde de l’éducation.

Il traduit également sa gratitude aux collaborateurs du MENA/PLN, au corps enseignant et aux partenaires sociaux dont l’implication a permis la mise en œuvre des dernières réformes des examens scolaires.

Le MPP estime que les Burkinabè doivent jouer la carte de l’apaisement, de la solidarité et de la concertation pour l’épanouissement de l’enfant et de l’école burkinabè d’abord avant tout autre considération. Le MPP rappelle en outre, à toutes fins utiles que le droit de manifester est libre au Burkina Faso.

Lire aussi: Manif contre la réforme des examens scolaires : au moins cinq personnes interpellées aux portes du ministre Ouaro

Pour autant, la liberté de ne pas manifester est également reconnue par les mêmes dispositions constitutionnelles qui régissent la vie dans notre pays et l’on ne devrait pas tordre le bras à tous ceux et celles qui veulent aussi exercer autrement leur droit en toute liberté.

En sus, le MPP condamne avec une extrême vigueur les attaques dirigées contre certains établissements et surtout celle contre une ambulance qui transportait en urgence à Ouagadougou un patient vers un centre hospitalier de la place. C’est inadmissible et inacceptable.

Pour le MPP, il est impérieux que le peuple burkinabè se concentre sur l’essentiel que sont les défis des examens de fin d’année 2021 et la tenue des assises nationales conformément au Référentiel National de Développement (RND) en son volet consacré à l’éducation. 

DEMOCRATIE – EGALITE  – PROGRES 

Le Secrétaire Exécutif national

Lassané SAVADOGO

0 0 voter
Évaluation de l'article

      Partager    
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
× Comment puis-je vous aider ?

Félicitation, votre inscription a été validé!

Erreur lors de l'envoi de la requête. Veuillez réessayer!

LobsPaalga will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.