Ce 3 mai 2021, la communauté internationale célèbre la journée mondiale de la liberté de la presse. Si au plan mondial, cette 28e journée est placée sous le thème : « l’information comme bien public », au Burkina Faso,  les acteurs se sont penchés  sur la viabilité des entreprises de presse nationales. A cette occasion, notre rédaction est allée à la rencontre de Burkinabè qui portent un regard critique sur la liberté de la presse dans notre pays. Tous, à l’instar de Boureima Ouédraogo, directeur de publication du journal le Reporter, reconnaissent qu’elle est une réalité mais que des choses restent à améliorer, notamment les conditions de travail des journalistes. Leurs points de vue dans ce micro trottoir réalisé le 3 mai 2021.

0 0 voter
Évaluation de l'article

      Partager    
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
× Comment puis-je vous aider ?

Félicitation, votre inscription a été validé!

Erreur lors de l'envoi de la requête. Veuillez réessayer!

LobsPaalga will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.