La décrue a laissé un spectacle désolant à Liège et à Verviers. A Liège et à Verviers, localités les plus touchées de la Belgique par les inondations des 13 et 14 juillet 2021, les habitants évacués d’urgence face à la montée des eaux sont autorisés à rejoindre leurs domiciles ou ce qui tient lieu de l’être.

La forte montée des eaux a dévasté des ménages de Burkinabè et laissant derrière elles que des décombres

« Ce n’est qu’hier (ndrl : samedi 17 juillet) que j’ai pu accéder à ma demeure » soupire, Mimi Yaméogo, une des victimes visiblement peu remise de ses émotions. Et Ablassé Tiemtoré d’appuyer : « quittant précipitamment sans la possibilité de prendre quelque chose, un ami et moi voulions retrouver un abri chez des beaux parents à 5 km d’ici en temps normal. Mais face à la montée des eaux, nous avons été contraints de faire un détour de 190 km avant d’accéder audit lieu ». L’heure est au déblayage. L’ambassadeur Jacqueline Zaba, chef de la mission diplomatique a pu constater, le dimanche 18 juillet 2021, lors d’une sortie sur les lieux, que 7 foyers de Burkinabè ont été identifiés pour avoir été touchés dans les deux villes.

L’ambassadeur et son équipe ont apporté leur réconfort aux sinistrés

Si à Liège ce sont les ménages, à Verviers, c’est l’unique cas du siège social de l’Association mondiale pour la solidarité fondée par un Burkinabè qui a été envahi par les eaux, causant dégâts et désolation. « Je suis venue vous apporter la compassion du Président du Faso et tout le peuple. Vous avez traversé un dur moment, mais je suis consolé de trouver des compatriotes debout, prêts à se battre pour se reconstruire. Sachez que vous n’êtes pas seuls. Les informations que j’ai pu récolter au téléphone ont été mises à la disposition de Madame la ministre déléguée des Burkinabè de l’extérieur. Elle me charge de vous traduire ses encouragements », a déclaré la cheffe de la mission.

Dans les villes touchées, l’heure est au nettoyage

L’équipe a pu rendre visite à 5 sinistrés, les deux autres étant inaccessibles. Néanmoins un contact téléphonique a été établi avec eux. Les dégâts matériels sont énormes. Robert Sankara, victime lui aussi est sans ambages : « on ne peut rien récupérer. Les eaux sont montées à une hauteur variant entre 1,5 et 2 mètres noyant les caves, les premiers niveaux des maisons et leur contenu ». Il poursuit en indiquant que malgré la décrue, le nettoyage s’avère un parcours de combattant. « Surtout au niveau des caves. Les maisons communiquent les unes avec les autres. Personnellement, j’ai aspiré les eaux de ma cave mais cela n’a servi à rien car l’instant d’après, elle était encore inondée, les eaux du voisinage se déplaçant. Or, il faut réussir les opérations d’évacuation des eaux et de la boue pour espérer assécher les maisons » avance-t-il. Madame Zaba a fait souligner que malgré l’importance des dégâts matériels qui représentent souvent tout une vie, il y a de quoi se consoler étant donné que les vies humaines des Burkinabè de la diaspora ont été épargnées.

Maxime Kaboré, résident à Liège, président du PIB et présenté au titre d’un des doyens de la communauté burkinabè de la localité, a pris la parole au nom des victimes pour traduire sa reconnaissance à l’ambassadeur pour le soutien apporté. « La catastrophe n’a pas épargné les compatriotes et recevoir une visite de ce niveau est un soulagement. L’ambassadeur a souhaité venir dès le début de l’épreuve mais au regard de l’inaccessibilité des lieux, c’était impossible. Nous avons senti le soutien des plus hautes autorités tout comme le pays hôte l’a fait » a déclaré M. Kaboré.

Certains Burkinabè peuvent regagner leur ménage mais le choc des images les laissent souvent dans la désolation

Notant la solidarité manifestée au sein de la communauté à l’occasion de ces épreuves, l’Ambassadeur a dit toute sa fierté de voir les Burkinabè unis dans la citoyenneté.

Partie de Bruxelles, la cheffe de la mission diplomatique, Jacqueline Zaba, a conduit, pour cette visite de terrain, une équipe constituée, entre autres, des représentants de l’Association des Burkinabè de Belgique, du Conseil des Burkinabè de l’extérieur et du doyen de la diaspora, Pierre Ouédraogo.

Jérémie Nion

Attaché de presse à Bruxelles

5 1 voter
Évaluation de l'article

      Partager    
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
× Comment puis-je vous aider ?

Félicitation, votre inscription a été validé!

Erreur lors de l'envoi de la requête. Veuillez réessayer!

LobsPaalga will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.