En prélude à la préparation des Assises nationales sur l’Education nationale, le ministre en charge de ce département, Stanislas Ouaro, a rendu visite au chef de file de l’opposition politique burkinabè, Eddy Komboïgo. Ce dernier a reçu les TDR de cette concertation nationale en perspective . Les discussions ont aussi porté sur la crise qui oppose les élèves à leur ministère de tutelle au sujet de la réforme scolaire.

Les discussions entre le ministre Ouaro et le chef de file de l’opposition politique burkinabè, Eddy Komboïgo, se sont déroulées loin des journalistes qui ont du faire le pied de grue dans la cour du siège du CFOP sis au quartier zone du bois de Ouagadougou. A la fin des échanges, le ministre de l’Education nationale, de l’alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationales du Burkina Faso, Stanislas Ouaro, a dit sa joie d’avoir pu discuter avec le chef de file et les partis affiliés à son organisation sur le débat national que le ministère souhaite organiser sur l’Education. « Les échanges se sont bien passés dans la franchise. On a noté les critiques, les suggestions et  recommandations  qui ont été formulées. Nos hôtes ont reçu les termes de référence des assises et nous souhaitons qu’ils puissent contribuer dans le sens de leur amélioration avant la date des Assises.  On attend en retour des commentaires », a-t-il confié, ajoutant que ce qui le réjouit davantage c’est la disponibilité de l’opposition à participer et à prendre une part active au débat sur l’Education au Burkina Faso.

A la question de savoir si le CFOP adhère aux réformes sur le système éducatif,  le ministre  Ouaro a répondu : «  Nous ne sommes pas dans un processus de réforme. Nous sommes dans une dynamique de débat national qui pourrait conduire vers certaines réformes éventuellement du système. Le CFOP adhère à l’idée d’aller vers des échanges francs, sincères, avec une participation de toute la communauté.  Le CFOP est là aujourd’hui mais peut se retrouver de l’autre côté et vice versa. On est dans le même pays et on doit pouvoir dialoguer ».

Le 4 du mois courant,  le  ministre de l’Education a été reçu au niveau du Conseil économique et social (CES),  le 20 avril  il est passé voir le médiateur du Faso pour la même cause. Les prochaines destinations, de la délégation ministérielle sont la Commission de l’Informatique et des  Libertés (CIL),  L’alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP). La délégation fera également un tour à l’Assemblée nationale dans le but de demander l’accompagnement du président de l’Assemblé nationale et des élus nationaux.

W. Harold Alex Kaboré

0 0 voter
Évaluation de l'article

      Partager    
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
× Comment puis-je vous aider ?

Félicitation, votre inscription a été validé!

Erreur lors de l'envoi de la requête. Veuillez réessayer!

LobsPaalga will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.