Les Agents de santé à base communautaire( ASBC) recrutés depuis 2016 ont animé un point de presse ce 4 mai 2021 à la bourse de travail à Ouagadougou. Au menu des échanges, l’apurement de leurs arriérés de salaires d’une année.

Karim Kaboré (m) entouré de ses collègues ASBC

Agés de 18 à 50 ans, ils ont été recrutés en 2016 comme agents d’appui aux structures sanitaires dans leurs villages respectifs. Eux, ce sont les agents de santé à base communautaire (ASBC). Ils ont pour rôle de sensibiliser  et  de réaliser  des campagnes de masse (distribution des milda, campagnes saisonnières sur le paludisme) et ce sur la base d’un bénévolat avec une prime de motivation de 20000f par mois. Depuis une année, les ASBC rencontrent des difficultés. Pour leur porte-parole, Karim Kaboré, ils rencontrent plusieurs problèmes dans l’accomplissement de leurs tâches. Il s’agit du retard au niveau de leur prime de motivation, lequel retard est de 12 mois et affecte la majorité des agents. A cela s’ajoutent le manque de moyens de protection, la rupture de certaines molécules et la non-disponibilité des intrants. Ces difficultés Karim Kaboré les résume en ces termes : << il n’y a pas de plan de carrière pour les ASBC.>>

Lire aussi: Grogne à la mairie de Ouagadougou : « Ce ne sont pas des fonctionnaires mais des prestataires payés à la tâche »,selon le premier adjoint au maire

Ne sachant pas à quel saint se vouer, ces volontaires de la santé prennent l’opinion nationale et  internationale  à témoin sur leur situation. C’est pourquoi, ils appellent les autorités à se pencher sur leurs doléances. Elles portent, entre autres, sur leur plan de carrière, l’apurement sans délai des arriérés de primes et leur déclaration à la caisse autonome de retraite des fonctionnaires. Les ASBC souhaitent par ailleurs  que leur prime de motivation soit l’équivalent du SMIG; qu’on les paie de façon mensuelle, et qu’il y ait des points focaux dans les districts pour s’occuper de leur situation. Toutefois dans l’attente que leurs revendications soit prises en compte par leur ministère de tutelle, les ASBC se disent disponible à travailler pour améliorer la santé de la population du Burkina  Faso. « Nous demandons juste au gouvernement d’honorer ses engagements, afin que nous puissions mener à bien nos activités pour le bonheur de tous ». ont-ils conclu.

Camille Baki

1.5 2 votes
Évaluation de l'article

      Partager    
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
× Comment puis-je vous aider ?

Félicitation, votre inscription a été validé!

Erreur lors de l'envoi de la requête. Veuillez réessayer!

LobsPaalga will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.