Fermeture des frontières terrestres, covid19 oblige, réconciliation nationale et système de double facturation à l’ONEA ont été les principaux points abordés par le Balai citoyen lors d’une conférence de presse, organisée ce 16 février. On y retient que ce mouvement de la société civile qualifie le processus actuel de réconciliation nationale de “comédie institutionnelle.

Le Balai citoyen trouve qu’il n’ y a pas de problème entre burkinabè

«Nous ne sommes pas nés de la dernière pluie, nous sommes lucides », s’insurge Eric Kinda, porte-parole du mouvement Balai citoyen, contre le processus de réconciliation engagé depuis l’avènement du gouvernement Dabiré II. La position «cibale» est donc sans équivoque. Pour eux, le département dirigé par le ci-devant chef de file de l’opposition, Zéphirin Diabré, est une “comédie institutionnelle“. Ce n’est, ni plus ni moins, qu’une prime à l’impunité concoctée entre politiciens à leur entendement. Enfonçant le clou, les premiers responsables du mouvement affirment qu’il n’y a pas de problèmes entre les Burkinabè et invitent les premières autorités à se référer au rapport du collège de Sages.

Eric Kinda (m) et ses camardes disent voir clair dans cette réconciliation prônée au Burkina Faso

Le Balai citoyen va élever la voix contre “cette farce

Le Balai citoyen, face à ce qu’il appelle “promotion de l’impunité” à travers le processus actuel de réconciliation nationale, qualifié de farce, entend initier des actions dites populaires de sensibilisation des Burkinabè. Ces actions sont entre autres, un forum contre l’impunité, des conférences publiques pour dénoncer les promoteurs de l’impunité ainsi que des réunions populaires dans les villages et villes pour dénoncer ceux que les conférenciers ont taxé de “pourfendeurs de la paix durable” .

La fermeture des frontières terrestres est incompréhensible

L’autre point qui fâche et suscite l’indignation des “cibals” , c’est bien cette mesure de fermeture des frontières terrestres, décision prise au début de l’apparition de la covid 19 au Burkina . Le maintien d’une telle mesure est incompréhensible puisque, selon eux, elle est inefficace; pire, cette action a permis le développement des voyages clandestins, sans mesures de contrôle sanitaire. Le Balai citoyen demande donc aux Etats membres de la CEDEAO la réouverture sans délai des frontières terrestres avec des contrôles  sanitaires, comme cela se fait pour les frontières aériennes.

Les Cibals veulent la suspension de la double facturation au niveau de l’ONEA

La double facturation de l’ONEA pose problème

Sur le système de double facturation de l’Office national de l’eau et de l’assainissement(ONEA), le mouvement pose également un regard critique. En effet, Eric Kinda et ses camarades rejettent ce nouveau système de l’ONEA, car il comporterait plus de problèmes que d’avantages. Ils en veulent pour preuve, la cacophonie communicationnelle des responsables de l’office de l’eau sur les factures élevées que reçoivent les consommateurs. Pour cela, une demande d’audience avec la direction générale de l’ONEA pour discuter de la question a été formulée, ont-ils souligné.

Les conférenciers du Balai citoyen ont cependant clos leur entretien avec les journalistes en revenant sur le sujet qui semblent être leur préoccupation principale : la réconciliation nationale. Ils y voient un perpétuel recommencement et s’interrogent sur les véritables objectifs de ceux qu’ils ont taxé d’“entrepreneurs-agitateurs” qui veulent l’impunité pour ceux qui ont commis des crimes économiques et de sang au Burkina.

Camille Baki

1 1 voter
Évaluation de l'article

      Partager    
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
× Comment puis-je vous aider ?

Félicitation, votre inscription a été validé!

Erreur lors de l'envoi de la requête. Veuillez réessayer!

LobsPaalga will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.