A l’instar des leurs coreligionnaires du monde entier, les fidèles musulmans et musulmanes  du Burkina Faso  ont célébré  l’Aïd el Kébir ou fête de Tabaski ce 20 juillet, une occasion pour dire la prière surérogatoire marquant la fin du pèlerinage à la Mecque.

Au-delà du Burkina, ce 20 juillet marque la célébration à travers le monde entier de l’Aid El Kébir communément appelé fête de la Tabaski ou du sacrifice  par la Oumah Islamia. En ce jour spécial qui commémore le sacrifice  du prophète Abraham en soumission à Allah, les fidèles musulmans du Burkina Faso  se sont certains dans les mosquées, d’autres dans sur des places publiques, comme la place de la Nation à Ouaga, en vue de prier pour le raffermissement du vivre ensemble  et la consolidation  de la paix.

A l’issue d’une dizaine de minutes marquées par des prosternations et des génuflexions, les adeptes de l’islam étaient tout ouï au sermon prononcé par El hadj Abdallah Ouédraogo. L’imam célébrant du haut de son minbar et au-delà de la symbolique  qui entoure cette célébration, a axé son message sur un appel à la tolérance, l’entente et la paix. «  Le Burkina est éprouvé et je  demande que tous les fils du pays puissent se réconcilier pour que nous fassions fasse à l’adversité dans ce contexte difficile », a-t-il prêché, invitant chaque  fidèle à faire des sacrifices consistant à tendre la main à son prochain, aux membres de sa famille.
 
 
 

Le président de l’Assemblée nationale, Bala Sakandé, le nonce apostolique, Monseigneur Michael Francis Crotty, et de nombreuses autres personnalités ont assisté à cette prière. Pour le représentant du Saint Père, il a posé un geste de solidarité en effectuant le déplacement. « Nous sommes tous frères. Je suis venu porter un message de respect et de fraternité aux autres communautés religieuses. Cela est important pour la coexistence. Je prie pour tous les frères du monde entier. Je suis très content d’être ici », a-t-il conclu.

De l’avis du ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation, Clément Sawadgo, il a effectué le déplacement accompagné de son collaborateur, le ministre d’Etat chargé de la Réconciliation nationale, Zéphirin Diabré, afin de communier avec les frères musulmans dans la prière et la joie. « Le gouvernement a été sensible au message de cette communauté en faveur de la paix, de la cohésion, de la prospérité. Nous souhaitons bonne fête aux musulmans et appelons à encore plus d’unité, de cohésion dans l’imploration, les prêches pour que la paix reviennent dans notre pays », a-t-il confié.

W . Harold Alex Kaboré

0 0 voter
Évaluation de l'article

      Partager    
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
× Comment puis-je vous aider ?

Félicitation, votre inscription a été validé!

Erreur lors de l'envoi de la requête. Veuillez réessayer!

LobsPaalga will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.