Les stades du Burkina Faso ont été suspendus par la CAF pour non-conformité avec les normes internationales en début mars. En attendant la phase de réhabilitation de ces  infrastructures sportives qui va bientôt débuter, le président de la FBF a obtenu une levée temporaire de cette suspension.  Cette levée des sanctions court jusqu’en juin prochain. Pour répondre aux préoccupations de l’heure, le Service d’information du gouvernement a reçu, ce 9 mars 2021 à Ouagadougou, le ministre des Sports,  Dominique Nana qui a répondu aux questions des journalistes.

Le ministre répond aux questions des journalistes

Quel est le climat de travail à propos des réhabilitations après cette suspension ?

Depuis 2020 nous travaillons à la réhabilitation du stade du  4-Août. Il n’y aura aucune précipitation dans la conduite des travaux. Cette suspension ne va pas nous perturber dans notre volonté de bien faire. Nous voulons rendre disponible les fonds  publics pour faire ce travail. On aurait pu faire un travail de rafistolage qui allait être remis en cause, mais on a choisi de ne pas se précipiter. On va respecter les procédures financières, le suivi et le contrôle, etc.

Quelles sont  les normes  exigées par la CAF ? Est-ce que nous ne serons pas très vite en déphasage avec ces exigences après les travaux en cours ?

Lire aussi : déclaration liminaire du ministre des Sports

Qu’est ce qui manque à nos stades par rapport aux exigences de la CAF ?

La question de réhabilitation de nos stades ne date pas de votre mandat, qu’est ce qui explique cette lenteur à réaliser les travaux ?

La dépense publique au Burkina Faso est encadrée. Dans le budget 2020-2021 on a pu mobiliser une somme de 5, 5 milliards.  4 milliards  pour le stade du 4- Août et  1,5 milliards pour  le stade Sangoulé Lamizana. Lorsque nous avons reçu l’étude  on nous a parlé de 11 milliards pour le stade du 4-Août et de 24 milliards pour celui de Bobo-Dioulasso. Le gap est énorme.  Au niveau  du conseil des ministres des dispositions ont été prises pour qu’avec le ministre des Finances tout rentre dans l’ordre. Dès mercredi passé, nous avons eu des séances de travail et des pistes de solution vont être dégagées et finalisées sûrement cette  semaine.  Nous allons lancer un appel d’offres international afin de trouver la meilleure entreprise, puisque nous avons des exigences de qualité et que nous sommes coincés par les délais. Nous ne serons pas prisonniers du temps. Ces réhabilitations prendront le temps qu’il faut. La manière dont nous allons travailler, la question financière  ne va pas nous handicaper.

Sommes-nous victimes de notre manque de prospectives ?

Après l’échéance de juin que se passera-t-il ?

L’exigence de qualité sera notre crédo. Nous ne sommes pas prisonniers du temps. Nous n’allons pas nous précipiter pour faire un travail qui sera remis en cause. Nous allons discuter avec la CAF et la FIFA pour avoir un moratoire. Il y a des questions urgentes comme celles de la pelouse, des vestiaires, de l’éclairage. A partir du moment  où les matchs se jouent à huis clos, on peut temporiser pour les sièges.  On va élaborer un calendrier  afin de travailler de manière à ce que l’on ne retombe plus dans la suspension. Nous ne sommes qu’au début des pourparlers concernant le moratoire et je n’en dirai pas plus.

Quel stade va être prioritaire dans les actions de réhabilitation qui vont bientôt débuter ?

W. Harold Alex Kaboré

0 0 voter
Évaluation de l'article

      Partager    
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
× Comment puis-je vous aider ?

Félicitation, votre inscription a été validé!

Erreur lors de l'envoi de la requête. Veuillez réessayer!

LobsPaalga will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.